Chirurgie réparatrice des brûlures

Sur près de 300 000 français victimes chaque année de brûlures, presque 10 000 personnes sont atteintes de brûlures suffisamment graves pour être hospitalisées.

Une brûlure peut être causée par le contact avec une source chaude ou avec une substance caustique, par frottement, par une flamme, par un rayonnement UV, par un courant électrique ou par le froid

En savoir plus sur les brûlures >

Principe du traitement des brûlures

La brûlure est une perte partielle ou totale de la substance cutanée mais peut également concerner les parties molles des tissus, ou les os, en fonction de son importance. La chirurgie réparatrice des brûlures vise à obtenir la cicatrisation de la zone touchée pour éviter de perdre davantage de peau et de conserver son rôle de protection contre l’infection. Le traitement repose alors sur l’excision-greffe qui consiste a retirer la peau brûlée et y greffer une nouvelle peau saine.

Avant l’intervention

La hiérarchie des différentes interventions, réalisées dans le cadre du traitement des brûlures, doit être planifiée dans le temps en amont, avec le patient.

Le chirurgien établit alors avec lui un schéma clair et cohérent de l’ensemble de la prise en charge, afin d’en comprendre les objectifs à atteindre, les contraintes et le temps nécessaire à leur réalisation.

Dans cette longue entreprise, les moments d’espoir et d’abattement s’alternent parfois. Le soutien psychologique est donc extrêmement important, car les différentes étapes du traitement des brûlures requièrent de la part du patient beaucoup de persévérance et de rigueur.

Pour soulager son patient, améliorer son bien-être et lui apporter un réconfort moral, le chirurgien ne doit rien négliger. Il devra faire face une période de deuil, pendant la phase de maturation cicatricielle, période cependant importante pour apprendre à vivre avec sa nouvelle image et à accepter le regard des autres.

Le traitement de brûlures

La chirurgie des brûlures, qu’elle soit à visée fonctionnelle ou esthétique, ne doit pas être entreprise avant un délai de 6 mois.

L’excision greffe

L’excision greffe s’applique aux brûlures graves : brûlures du troisième degré ou autres brûlures longues à cicatriser, et les brûlures situées au niveau des zones fonctionnelles (paupières, mains, visage). D’après la « règle des 21 jours », si la zone brûlée ne semble pas être cicatrisée spontanément avant le 21ème jour, l’excision-greffe doit être pratiquée sans tarder, pour éviter d’accroître le risque de complications, tant sur le plan fonctionnel que sur le plan esthétique.

L’excision consiste à ôter la peau brûlée et abîmée en ouvrant transversalement les tissus cicatriciels rétractés pour faire apparaître la perte de substance. Cette zone est ensuite recouverte par la greffe d’une fine couche d’épiderme (20/100mm) « mince  et saine », en provenance d’un donneur ou d’une zone invisible du patient brûlé (cuir chevelu ou cuisse). Une fois fixée, cette nouvelle peau va adhérer au sous-sol, se revasculariser et assurer ainsi la cicatrisation.

La zone traitée cicatrisera alors comme une brûlure superficielle en une dizaine de jours et pourra, si nécessaire, être à nouveau prélevé.

Le lambeau

A l’inverse d’une greffe, le lambeau conserve sa propre vascularisation et permet ainsi de supprimer les brides. Il est notamment utilisé lorsque la libération de la bride met à nu des éléments nobles (nerfs, vaisseaux..) qui ne peuvent prendre en charge une greffe de peau.

Cette technique consiste alors à récupérer des lambeaux d’une peau saine avoisinante et de l’intercaler au sein de la cicatrice.

La plastie en Z, une des techniques les plus communément employées, est utilisée en cas de brides linéaires. Elle consiste en deux lambeaux de peau triangulaires découpés des deux côtés de la rétraction, qui sont ensuite intervertis. Ainsi, la quantité supplémentaire de tissu de part et d’autre de la bride est utilisée pour allonger la cicatrice.

L’expansion cutanée

Basée sur le principe de l’excision-greffe, l’expansion-greffe repose sur la faculté que possède la peau d’augmenter sa superficie lorsqu’elle est soumise à une augmentation de volume sous-jacente. Elle est notamment recommandée dans le cas où il n’y pas suffisamment de peau saine à récupérer pour une greffe.

L’expansion cutanée consiste donc à glisser une prothèse d’expansion tissulaire en silicone, sous la peau saine avoisinant la zone cicatricielle pour que, grâce au gonflage hebdomadaire de ce ballon au sérum physiologique, la peau saine sus-jacente se distende progressivement.

En fin d’expansion, en moyenne 6 à 10 semaines, la prothèse est retirée et la peau saine expansée va remplacer la peau brulée. La suture est très minutieuse.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 4.0/5 (4 votes cast)
Chirurgie réparatrice des brûlures, 4.0 out of 5 based on 4 ratings