FAQ Gynécomastie

1. Qu’est-ce que la gynécomastie ?

La gynécomastie, également appelée hypertrophie masculine, désigne un excès de la glande mammaire chez l’homme. Dans la plupart des cas, l’hypertrophie mammaire chez un homme est une combinaison de graisses et de dérèglement hormonal qui apparaît souvent dès l’enfance.

Environ 65% des jeunes garçons ont une prédominance à la gynécomastie mais pour 4 % d’entre eux elle persiste jusqu’à l’âge adulte.

La gynécomastie peut être physiquement troublante et handicapante dans la vie de tous les jours.

Le traitement chirurgical a pour but de corriger l’aspect inesthétique souvent mal toléré d’une silhouette masculine. L’intervention de la gynécomastie consiste à retirer la ou les glandes mammaires et de réduire le volume de la poitrine masculine en effectuant selon le cas, une liposuccion pour retirer l’excès de graisse, ou une incision à la périphérie de l’aréole pour retirer le noyau glandulaire.

2. Quelle est la différence entre gynécomastie glandulaire et gynécomastie graisseuse ?

La gynécomastie peut être composée de graisses et/ou de glandes mammaires. Théoriquement, la gynécomastie concerne exclusivement les cas de présence de glande mammaire. Cependant, les 2 compositions sont fréquemment associées.

La gynécomastie glandulaire est due à un développement hormonal anormal du corps pouvant être causée par différents problèmes. Elle se caractérise par la présence d’une ou de deux glandes mammaires dans la poitrine de l’homme.

Contrairement à la gynécomastie glandulaire, la gynécomastie graisseuse est généralement présente chez les hommes obèses ou en surpoids. L‘excès de graisse présent dans tout le corps et donc dans la poitrine, peut donner une impression parfois gênante.

La gynécomastie se traite par la liposuccion, technique de chirurgie esthétique qui aspire les excès graisseux, par infiltration et/ou l’exerese du noyau glandulaire.

3. Quels sont les facteurs à l’origine de la gynécomastie ?

Très fréquemment physiologique (gynécomastie idiopathique), elle peut toutefois résulter d’un traitement médicamenteux (neuroleptiques, œstrogènes, antidépresseurs, digitaliques, antimitotiques, corticostéroïdes, anti-androgènes) ou d’un problème médical (tumeurs, insuffisances rénales, maladies des reins, troubles hormonaux).

L’obésité peut également être un des facteurs de la gynécomastie.

4. Quels sont les examens médicaux préalables ?

Une mammographie est conseillée dans le cadre d’une gynécomastie. Elle permet de détecter la présence de la glande mammaire et de l’analyser. Une échographie mammaire et/ou des testicules ainsi qu’un bilan hormonal sanguin chez un endocirnologue.

5. Combien de temps dure l’intervention ?

L’intervention de la gynécomastie dure entre 1 heure à 1 heure 30. Une hospitalisation ambulatoire est suffisante.

6. Quel type d’anesthésie est nécessaire pour cette opération ?

Même si le chirurgien peut choisir avec vous et le médecin anesthésiste la formule la mieux adaptée, c’est généralement l’anesthésie générale qui est pratiquée lors de ce type d’intervention.

Il faut être à jeun, c’est-à-dire de ne plus boire ni manger ni fumer au moins 6 heures avant l’intervention. Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être ingéré dans les 10 jours précédant l’intervention.

7. Mes cicatrices seront-elles visibles ?

Les cicatrices sont caractéristiques des incisions réalisées pour corriger la gynécomastie.

Très courtes, elles sont situées autour de la moitié inférieure de chaque aréole et sont donc pratiquement invisibles.

Dans certains cas, les incisions peuvent être horizontales et plus ou moins longues. Elles s’atténueront avec le temps.

8. Ressent-on beaucoup de douleurs après l’intervention ?

Les suites de l’intervention de la gynécomastie peuvent en effet être un peu douloureuses. Dans ce cas, des antalgiques vous sont prescrits les premiers jours pour calmer les douleurs. Elles s’atténueront les jours suivants l’intervention.

9. Quelles sont les suites opératoires ?

Les œdèmes, les bleus et les cicatrices caractéristiques de l’intervention de la gynécomastie disparaîtront rapidement.

De retour du bloc opératoire, vous porterez un pansement compressif, pour maintenir une pression uniforme au niveau du thorax.

Vous pourrez prendre des douches sans oublier de désinfecter les plaies.

10. Quelles sont les complications liées à l’intervention de la gynécomastie ?

Il existe quelques rares complications :

  • des hématomes plus ou moins importants peuvent se former sur le thorax et nécessiter une reprise chirurgicale de la part de votre chirurgien plasticien ;
  • un risque d’infection peut survenir au cours ou après l’intervention de la gynécomastie. En cas d’infection, une réintervention est inévitable ;
  • les cicatrices peuvent mal évoluer. Cette complication n’est pas exclusivement liée à la gynécomastie mais à l’intervention médicale en général ;
  • les mamelons peuvent devenir sensibles et leur apparence légèrement altérée.

11. La gynécomastie peut-elle altérer la sensibilité des mamelons ?

Dans les jours qui suivent l’intervention de la gynécomastie, il est possible que la sensibilité des seins, et plus particulièrement du mamelon, soit troublée à cause de l’œdème. A la disparition de ce dernier, tout revient à la normale.

12. Y a-t-il des activités à éviter ? Pendant combien de temps ?

  • Un arrêt de travail d’une semaine est conseillé selon votre activité professionnelle ;
  • le mois suivant l’intervention, il est important d’éviter tout effort musculaire, de pratiquer une activité sportive et même de conduire (auto, moto, vélo) ;
  • l’arrêt du tabac est fortement préconisé pour éviter des complications liées à la cicatrisation.

13. Quand pourrais-je apprécier le résultat définitif ?

Le résultat est quasi immédiat, mais commence à être complètement satisfaisant au bout du deuxième mois, lorsque la couleur des cicatrices s’atténuera et pâlira au fur et à mesure du temps.

14. Combien coûte une gynécomastie ?

Le tarif de la gynécomastie est calculé en consultation en fonction du type d’intervention et de la durée du geste mais également selon les diverses prestations proposées.

La gynécomastie, étant considéré comme une malformation, est remboursée par la Sécurité sociale lorsqu’elle est avérée.

Tout savoir sur l’intervention de la correction de la gynécomastie >

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)