Syndrome de Poland

Indications

Principalement :

  • aplasie unilatérale du grand pectoral : absence partielle ou totale du muscle situé sur la poitrine permettant de réaliser les mouvements de l’épaule ;
  • hypotrophie mammaire : développement insuffisant de la poitrine, sans volume ni projection de seins.

Association, dans certains cas :

  • brachydactylie : brièveté des deuxièmes phalanges de la main ;
  • syndactilie (ou oligodactylie) : fusion de doigts ;
  • asymétrie des membres supérieurs, dextrocardie cardiaque, anomalie de la zone abdominale (diaphragme, foie, intestins, côtes), etc.

En savoir plus sur le traitement du Syndrome de Poland >

Principe

D’origine congénitale, le syndrome de Poland est une maladie orpheline qui se définit généralement par une malformation thoracique dont l’expression minimale est une absence partielle du muscle grand pectoral.

Les formes de la maladie sont d’importances variables : le sein, le diaphragme, les côtes, les os et même les mains peuvent également être touchés.

Cette anomalie touche aussi bien l’homme que la femme et concerne quasiment toujours un seul sein.

Le traitement du syndrome de Poland repose sur une reconstruction musculaire par le muscle grand dorsal (dans sa forme musculaire pure) et sur une reconstruction du volume des seins chez la femme à l’aide d’une prothèse mammaire.

Traitement du Syndrome de Poland

Traitement du Syndrome de Poland

Avant l’intervention

Des consultations médicales sont nécessaires pour évaluer vos besoins et connaître les recommandations de votre chirurgien plastique.

Un bilan préopératoire accompagné d’examens médicaux est pratiqué pour analyser votre situation médicale, la zone à traiter et étudier avec vous les différents temps opératoires et, pour les femmes, les éléments de la pose de prothèses mammaires : forme des implants, produits de remplissage…

Un rendez-vous avec l’anesthésiste de la clinique dans laquelle vous serez opéré permettra de déterminer le type d’anesthésie.

L’intervention

L’opération s’effectue sous anesthésie générale et dure environ 1 à 2 heures selon le geste associé. Une hospitalisation d’1 à 3 jours peut être nécessaire.

Le grand dorsal est déployé en le faisant pivoter vers l’avant afin de combler la dépression du thorax lié au défect du muscle pectoral.

Chez les femmes, une prothèse mammaire est souvent placée sous le muscle reconstruit. Dans, certains cas, lorsqu’il existe suffisamment de muscle pectoral, la prothèse mammaire peut être mise d’emblée. Elle est généralement pré-remplie de gel de silicone pour avoir la consistance la plus naturelle possible.

Après l’intervention

À la sortie du bloc, des antalgiques vous seront prescrits pour calmer les douleurs et un pansement compressif est posé sur votre poitrine pour la modeler et la maintenir.

Les œdèmes ou bleus qui seront apparus sur la zone traitée disparaîtront quelques semaines après, de même que les cicatrices très discrètes.

Quelques précautions s’imposent :

  • un arrêt de travail de 3 à 5 jours est conseillé selon votre activité professionnelle ;
  • le mois suivant l’intervention, il est important d’éviter tout effort musculaire important, de faire une activité sportive ou de conduire (auto, moto, vélo) ;
  • l’arrêt du tabac est fortement préconisé pour éviter des complications liées à la cicatrisation.

Risques et complications

  • Apparition d’hématomes importants
  • Risque d’infection après l’intervention
  • Mauvaise évolution des cicatrices
  • Formation de plis ou dégonflement des prothèses mammaires
  • Défaut de cicatrisation du muscle grand dorsal

Toutes ces complications liées peuvent nécessiter dans certains cas une nouvelle intervention.

Résultats

Les résultats varient selon l’importance de la malformation. Dans le cadre d’une reconstruction thoraco-mammaire, le résultat est visible dès le retour du bloc opératoire mais devient définitif progressivement, jusqu’à 6 mois suivant l’intervention.

Tarifs du traitement du syndrome de Poland

Le tarif du traitement est calculé en consultation en fonction du type d’intervention et de la durée du geste mais également selon les diverses prestations proposées.

Les frais hospitaliers de l’intervention pour le traitement du syndrome de Poland sont pris en charge par la Sécurité sociale. Vous ne restez donc redevable que des dépassements d’honoraires ; honoraires pouvant etre pris en charge partiellement ou en totalité selon votre contrat de mutuelle.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 4.0/5 (2 votes cast)
Syndrome de Poland, 4.0 out of 5 based on 2 ratings