Aréole

Le sein est une structure en forme de cône, formée d’une glande mammaire entourée de graisse. Ce cône, terminé par la plaque aréolo-mamelonnaire, est recouvert de peau. Cette plaque contractile et élastique est également pigmentée. La forme du sein dépend à la fois de son volume, de son positionnement et de son rapport à la peau. Le volume quant à lui varie en fonction de la présence de graisse et de la taille de la glande mammaire du sein.

D’avant en arrière, voici comment se compose un sein :

  • la peau ou tégument mammaire
  • le tissu conjonctif situé sous la peau (sous-cutané)
  • le corps mammaire contenant la glande mammaire
  • le tissu conjonctif lâche autour du corps mammaire

C’est grâce à ce dernier que le sein peut glisser vers l’arrière, au niveau du muscle grand pectoral.

L’aréole entoure le mamelon, localisé au centre du tégument mammaire. Mamelon et aréole sont protégés par une fine peau composée de longues pailles dermiques. A l’intérieur du mamelon se trouvent, en faisceaux, des cellules musculaires lisses, ainsi qu’un nombre important de fibres élastiques (tissu conjonctif sous-cutané). C’est cette architecture en faisceaux qui permet l’érection du mamelon.

Des canaux lactifères sont situés à l’intérieur du mamelon. On les appelle également : canaux terminaux des lobes mammaires. Les glandes de Montgomery, appartenant à la même famille que les glandes sudoripares, sont situées dans l’aréole. Enfin, sur le bord de l’aréole on trouve des glandes sébacées – non associées à un follicule pileux – ainsi que des glandes sudoripares de grosse taille. Au niveau du mamelon et de l’aréole, l’innervation est tout particulièrement développée.

Le but d’une mammoplastie (réduction mammaire ou plastie mammaire) est le suivant :

  • une peau adaptée
  • des cicatrices aussi courtes que possible
  • l’obtention de seins harmonieux, galbés et beaux
  • la correction d’une hypertrophie mammaire : on diminue le volume du sein puis on le repositionne

Cette correction est bien sûr personnalisée en fonction de la patiente : silhouette, morphologie et attentes. Ainsi, le chirurgien plastique a pour objectif de reconstruire une poitrine autant que possible symétrique, naturelle et harmonieuse.

3 mois après l’intervention sur le volume, la reconstruction du sein nécessite une reconstruction de l’aréole et du mamelon. La reconstruction du mamelon et de l’aréole peut également s’effectuer simultanément à l’opération de symétrisation du sein. Enfin, si nécessaire, on peut profiter de l’opération pour d’éventuelles retouches, notamment afin d’apporter une amélioration au niveau du volume mammaire, de la localisation du sillon sous-mammaire ou de l’aspect des cicatrices.

Deux types de reconstruction peuvent être pratiqués :

  • intervention sur l’aréole grâce à une autogreffe (greffe de peau totale) : le praticien prélève un fragment de peau en haut de la partie interne de la cuisse, qui est la zone la plus foncée. Après cette reconstruction, le pansement doit impérativement être correctement maintenu pendant au moins une semaine ;
  • intervention au niveau du mamelon : le spécialiste intervient par remodelage de la peau du nouveau sein : on appelle cet acte une plastie. Si le mamelon est très volumineux, la reconstruction pourra être effectuée en prélevant un morceau de l’autre mamelon.

On ne peut pas prévoir l’aspect définitif d’une cicatrice, car chaque individu cicatrise selon un mode spécifique et imprévisible. Ces cicatrices sont surveillées. Si besoin, le médecin peut appliquer un traitement adapté ou réaliser une retouche par voie chirurgicale. Quoi qu’il en soit, deux à trois mois sont nécessaires pour laisser le temps à la cicatrisation de s’effectuer.

Pendant cette période, voire plus, les cicatrices sont visibles et, quasiment systématiquement, de couleur rouge. Elles sont par définition inévitables, constantes, indélébiles, définitives et imprévisibles.

Une protection solaire est obligatoire si la patiente veut limiter le risque de pigmentation définitive. Au bout de douze mois, on peut effectuer l’évaluation définitive des cicatrices.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>