Comblement des rides

Au fil du temps, on observe un relâchement progressif de la peau. Elle perd sa fermeté et son aspect lisse. La surface cutanée se creuse de ridules et de rides jusqu’à former des tranchées de profondeurs variables. La ridule est une “petite” ride, c’est-à-dire qu’elle est moins profonde.

Quand les fibres élastiques de la peau se rompent et que le tissu conjonctif est abîmé, c’est la formation de la ride ou de la ridule. Ces fibres sont lésées et leur nombre diminue. La baisse de collagène est due à un étirement répété, la peau devient donc de moins en moins souple.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’apparition des rides : vieillissement (naturel et hormonal chez la femme après la ménopause), facteur génétique (donc variable selon les personnes), perte de poids, froncement expressif de la peau. Les rides d’expressions sont dues aux crispations des muscles du visage quotidiennes et appartiennent à la famille des signes du vieillissement cutané.

Différents facteurs aggravants existent comme le vent, le soleil, le tabac et le stress.

Les rides (ou ridules) peuvent apparaitre n’importe où sur la surface du corps mais certaines zones sont particulièrement exposées : cou, visage, décolleté.

D’une manière générale, on distingue  les ridules, peu profondes (superficielles) et assez nombreuses,  les rides dynamiques (ou d’expression), dépendantes des muscles de la face et les rides de creusement.

Les rides dynamiques se trouvent au niveau de plusieurs zones :

  • la bouche : entourée de rides qui forment des traits verticaux. Ce sont les lèvres hyperkinétiques ou rides péri-orales (utilisation répétée des muscles du tour des lèvres).
  • la saillie lisse entre les sourcils ou glabelle : rides inter-sourcilières dites du lion, rides verticales entre les sourcils
  • l’angle extérieur de l’œil : rides du sourire (ou de la patte d’oie)
  • le nez : les rides de Bunny (ou du dégoût) suite aux froncements du nez
  • le front : rides frontales formées de traits horizontaux

Les rides de creusement résultent du manque d’hydratation. Elles sont dues principalement au vieillissement cutané, lorsque l’acide hyaluronique chute. Ce dernier est un agent naturel présent dans la peau qui permet une bonne hydratation. Les rides de creusement se répartissent en 3 catégories :

  • les plis d’amertume depuis les commissures des lèvres jusqu’au bas de la face. Ils forment un sillon de longueur variable, prolongeant les sillons nasogéniens
  • les sillons nasogéniens depuis le nez jusqu’aux commissures des lèvres
  • les cernes (ou vallées de larmes) se trouvent au niveau des pommettes (au-dessus) partant des coins internes des yeux jusqu’aux côtés du visage.

En général, on utilise des gels contenant de l’acide hyaluronique afin d’assurer le comblement des rides et des sillons définitifs. Ils sont injectés au niveau des rides : ces sont des “fillers”. Différents des médicaments, on parle de dispositifs médicaux. Ils ont une action mécanique de lutte contre les rides. L’organisme  tolère bien l’acide hyaluronique car celui-ci est naturellement présent dans le derme. Ce gel possède une texture souple et permet à la peau d’être correctement hydratée en profondeur (rétention d’eau).

La technique permettant de traiter sillons permanents, dépressions volumétriques et rides, est appelée comblement. Geste de médecine esthétique, le comblement se fait par stratégie combinée, au niveau de différentes zones : joues, lèvre supérieure ou autres parties du visage. Il permet de retrouver les volumes initiaux.

De nos jours, les fillers ou produits de comblement existent sous forme de gel d’acide hyaluronique et de viscosité variable. Certains sont conçus pour une longue durée et d’autres sont résorbables (à court ou moyen terme). On compte de 3 à 6 mois pour observer leur élimination naturelle. Les produits de comblement résorbables très lents peuvent mettre jusqu’à 1 an. Au-delà, on considère que le produit n’est pas résorbable. On ne recommande pas l’utilisation des produits de comblement non résorbables. Ceux-ci sont en effet difficiles à maîtriser et on observe régulièrement (même sur le long terme) des réactions de type inflammatoire : irritations, nodules ou enkystements. Les produits de comblement résorbables sont donc préférés.

L’acide hyaluronique est un gel transparent, à viscosité variable. Cette dernière détermine son utilisation. Un acide hyaluronique peu visqueux (ou peu réticulé) est destiné à combler des rides fines et superficielles tandis que celui très réticulé, au contraire, permet de redonner du volume et combler les rides profondes.

De nombreuses rides du visage peuvent être traitées par comblement, grâce à la technique d’injection d’acide hyaluronique. Technique, parfois associée avec un lifting ou à du Botox® (ou toxine botulique). En voici la liste :

  • pattes d’oie
  • plis d’amertume
  • cernes en creux
  • rides verticales des joues, bajoues, lèvres
  • vallée des larmes
  • rides du lion
  • perte de volume des pommettes
  • sillons naso-géniens

Il est impératif de respecter de très strictes conditions d’asepsie lorsqu’on injecte un produit de comblement des rides. Cette technique est d’ailleurs réservée aux chirurgiens plasticiens compétents et qualifiés. Pour certains endroits du corps comme les lèvres (augmentation labiale), on propose une anesthésie locale. Une pommade anesthésiante suffira pour traiter plis et rides.

Il est rare qu’une seule injection d’acide hyaluronique suffise pour effectuer un comblement des rides. En effet, une injection ne peut pas se faire avec un volume trop important de produit à la fois. On espace donc les séances d’injection de 2 semaines au minimum, ce qui permet à la tuméfaction de la précédente injection de se résorber totalement. Le résultat visuel est proportionnel à la quantité injectée et presque immédiat. Il est recommandé de pratiquer un massage sur la zone traitée pour permettre au produit de comblement d’être réparti de façon homogène.

Il existe différents effets secondaires, immédiats et indésirables. Ainsi, suite à l’injection, on voit parfois une réaction inflammatoire légère (rougeurs et œdèmes). Cette réaction ne dure jamais plus de 2 à 3 jours. Autre phénomène observable : un hématome apparaît sur le point d’injection, en cas d’anesthésie locale. Enfin, certaines personnes peuvent ressentir, au niveau de la zone traitée, des démangeaisons ou un endolorissement (réactions classiques).

Les 2 premières semaines passées, tout œdème, picotement ou rougeur persistant sera signe de complications. On traite immédiatement ce problème, de façon classique grâce à des antibiotiques, une infection pouvant alors être soupçonnée.

Procéder à une technique de comblement par injection de gel d’acide hyaluronique est délicat et précise. C’est une véritable intervention de médecine esthétique. Diagnostic précis, rigueur et asepsie stricte sont obligatoires, tout acte médical comportant certains risques. Même réalisée par un chirurgien plasticien, qualifié et compétent, elle garde une part aléatoire. Pour assurer des conditions de réalisation optimales, il faut recourir à un chirurgien plasticien reconnu. Il saura éviter les complications ou les traiter aussi rapidement et efficacement que possible.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>