Double menton

Le double menton correspond à un alourdissement du bas du visage à cause de dépôts graisseux. Petit à petit, le profil du menton se modifie de façon inesthétique. L’apparence du visage semble vieillir prématurément. Un poids de santé normal n’empêche pas l’apparition d’un double menton. De même, obésité et double menton ne vont pas forcément de pair. Ce phénomène inesthétique est également définitif : sa disparition n’est possible que grâce à une technique médicale.

En voici quelques-unes :

  • la lipoaspiration, également appelée liposuccion : cette technique qui a beaucoup évolué de façon positive, concerne le visage et le cou.
  • la morpholiposculpture : cette technique nouvelle est l’alternative non chirurgicale de la liposuccion.
  • l’infiltration d’un liquide hypoosmolaire faisant exploser les cellules graisseuses : spécifique à chaque personne, ce liquide provoque la formation de déchets, éliminés via le système lymphatique puis l’urine.

Toutes ces techniques sont réservées à des chirurgiens, spécialistes en chirurgie plastique réparatrice ou esthétique.

En cas de développement anormal du nombre d’adipocytes (cellules graisseuses) dans certaines parties de l’organisme, des amas graisseux (cellulite) apparaissent suivi d’un double menton. La peau, en présence de cellulite, devient flasque, sa consistance est molle et “en peau d’orange” (granuleuse et capitonnée).

Si eau et toxines étaient bien éliminées par le système lymphatique, il y aurait moins de cellulite. Dans la réalité, celles-ci s’accumulent au sein des tissus graisseux. Le système ne fonctionne pas comme une pompe, au contraire, il dépend de la contraction des muscles (au lieu de la circulation du sang).

Or l’élimination par contraction des muscles est moins rapide que la formation des amas graisseux. Ceux-ci ont donc le temps de durcir et de prendre du volume : le double menton apparait et la cellulite s’installe, définitivement.

On peut expliquer l’apparition de ces dépôts graisseux par différentes causes : conditions de vie relativement sédentaires, exercice physique insuffisant, mais également prise de poids. De plus, l’alternance de chute et prise de poids (succession de régimes) est un facteur aggravant. Pour finir, citons les problèmes hormonaux associés aux dérèglements d’oestrogènes (hormones féminines), pendant la puberté, la grossesse et la ménopause.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>