Lipoaspiration (liposuccion)

Toute personne, quel que soit son poids, peut avoir des surcharges graisseuses localisées. Sous la peau, les épaississements de la couche graisseuse entraînent des déformations sous forme de bourrelets ou de “boule”. Ces déformations modifient la silhouette de la personne. Même si la personne perd du poids de façon générale, cela n’influe que peu sur ces surcharges graisseuses.

La lipoaspiration (ou liposuccion) permet d’aspirer et de faire diminuer le volume de ces surcharges graisseuses. Trois conditions doivent être réunies pour obtenir les meilleurs résultats possibles :

  • une peau assez élastique pour une bonne rétractation
  • une surcharge graisseuse localisée
  • un poids voisin de la normale

La lipoaspiration n’est pas utilisée pour le traitement d’une surcharge pondérale ou une obésité. Le poids final du patient opéré ne varie d’ailleurs que faiblement. Néanmoins, l’opération permet de diminuer le volume à certains endroits spécifiques, d’où une transformation de la forme du corps.

Ce n’est donc pas une technique destinée à faire maigrir ou à traiter l’obésité. Idéalement, le patient essayera de stabiliser son poids, après l’intervention.

Le principe de la lipoaspiration consiste en l’introduction de fines canules de mousse, dans les zones à traiter. Leur bout arrondi, non tranchant, est perforé à l’extrémité par différents orifices. Les incisions pratiquées sont très petites. Ces canules, par leur finesse, limite la souffrance de la peau située sur la zone à aspirer. Les canules font partie d’un circuit fermé au sein duquel une pression négative est créée.

Les canules de mousse pénètrent les amas graisseux, puis le chirurgien met en place un réseau régulier de tunnels, qui respecte les vaisseaux et les nerfs. Enfin, il pratique l’aspiration des graisses en excès. Le chirurgien sculpte littéralement la graisse : cela fait diminuer son épaisseur pour qu’elle retrouve la taille des régions voisines. La cellule graisseuse (ou adipocyte) ne peut se multiplier de nouveau, ce qui permet d’éviter tous les problèmes de récidive au niveau de cette surpopulation d’adipocytes.

La technique de lipoaspiration s’applique à l’ensemble des régions du corps et peut être combinée à d’autres gestes opératoires :

  • hanches
  • chevilles
  • abdomen
  • cuisses
  • mollets
  • bras
  • culotte de cheval
  • visage : double menton et ovale

Le chirurgien plasticien qualifié déterminera la capacité de rétractation cutanée pour limiter au maximum la création de plis (ou de vagues) indésirables s’il devait y avoir modification déséquilibrée du rapport contenant/contenu.

La lipoaspiration est effectuée par un chirurgien plasticien qualifié. Comme toute intervention chirurgicale, elle nécessite un bilan pré-opératoire et une consultation par un médecin anesthésiste. Elle est réalisée sous anesthésie locale, locale approfondie (en association avec des tranquillisants), générale (classique) ou bien encore sous anesthésie loco-régionale. L’hospitalisation dure entre quelques heures et une journée.

C’est une opération dont la durée varie en fonction du travail chirurgical que le plasticien va exercer. Chaque chirurgien utilise une technique spécifique et personnelle, l’adaptant selon le patient afin d’obtenir le meilleur résultat.

Les premiers résultats sont visibles au bout de trois semaines (et seulement après bonne résorption de l’œdème post-opératoire) afin que le résultat soit appréciable par le patient. De plus, 3 à 6 mois d’attente sont indispensables pour laisser le temps à la cicatrisation de s’exercer. En ce qui concerne la lipoaspiration, les cicatrices ne sont pas très importantes. Ce délai permet également la récupération de la souplesse des tissus et au patient de s’adapter à la nouvelle silhouette de son corps.

Enfin, sachez que la lipoaspiration est pratiquée pour des raisons purement esthétiques, de façon générale ; elle n’est donc pas prise en charge par la sécurité sociale. C’est une intervention chirurgicale avec tous les risques liés à un acte médical (anesthésie et geste chirurgical). Sans surévaluer les risques, la part d’aléas existe, même réalisée dans les meilleures conditions, avec un chirurgien plasticien compétent.

VN:F [1.9.22_1171]
Notez la qualité de cette page :
Rating: 0.0/5 (0 votes cast)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>